top of page

Se comprendre et se transformer grâce aux mythes. Qu’ils soient anciens ou modernes

Dernière mise à jour : 3 juin 2023

Si vous êtes captivés par les épopées héroïques qui ont jalonné la littérature et la mythologie au fil des siècles, vous êtes au bon endroit.


L'étude des récits héroïques mythiques a pris son essor en 1871, grâce aux travaux de l'anthropologue Edward Burnett Tylor. Tylor a mis en lumière des motifs répétitifs dans les structures narratives des épopées de héros.


Par la suite, diverses personnalités éminentes, telles que le psychanalyste Otto Rank et l'anthropologue Lord Raglan, ont proposé leurs propres modèles narratifs.


Robert Segal, un spécialiste en mythologie, affirme que les théories de Rank, Campbell et Raglan sont les plus représentatives des analyses globales des mythes héroïques. Et parmi ces noms, l'un se distingue nettement : celui du renommé mythologue américain Joseph Campbell.


Campbell est l'auteur du concept du "Voyage du Héros" ou "Monomythe". Dans son œuvre célèbre "Le héros aux mille visages", il décrit un schéma d'étapes récurrentes que les héros franchissent tout au long de leurs aventures dans les contes et les mythes.


Dans cet article, nous nous immergerons dans la théorie du Voyage du Héros. Nous décomposerons ses étapes, illustrerons notre propos par des exemples et discuterons de la signification profonde de ce concept captivant. Embarquons !


Les étapes du Voyage du Héros


Le voyage du héros théorisé par Joseph Campbell est une structure narrative riche qui se décompose en trois phases principales : le départ, l'initiation et le retour. La plupart des récits peuvent s’y rattacher d’une manière ou d’une autre comme nous allons le voir.


1- Le départ


La première phase du voyage débute avec le départ du héros. Voici les étapes qui la composent :


  • L'appel à l'aventure : Notre héros se voit confronté à un défi ou un problème à résoudre. Dans "Harry Potter à l'école des sorciers", Harry reçoit par exemple une lettre de Poudlard l'invitant à rejoindre l'école de sorcellerie.

  • Le refus de l'appel : Le héros hésite, renie d'abord le défi, et il se peut qu'il ait besoin d'être convaincu. Au début de "Le Seigneur des Anneaux", Frodon Sacquet hésite ainsi à entreprendre le dangereux voyage pour détruire l'anneau.

  • L’aide surnaturelle : C'est à ce moment que le héros rencontre un mentor ou un guide qui lui fournit les outils et les connaissances nécessaires pour progresser dans son aventure. C’est dans ce contexte que dans "Star Wars", Obi-Wan Kenobi offre à Luke Skywalker un sabre laser et lui enseigne les voies de la Force.

  • Le franchissement du premier seuil : Le héros franchit lors de cette étape une barrière, qu'elle soit physique ou symbolique, quittant ainsi le monde qu'il connaît. Dans "Le Magicien d'Oz" par exemple, c’est à ce moment que Dorothée quitte le Kansas et arrive dans le monde coloré d'Oz.


Comme le suggère Stephen Levine, le départ symbolise une prise de conscience qu'il y a plus en nous que la vision limitée que nous avons de la vie. Ce désir de comprendre et de se découvrir est une force puissante qui nous pousse à quitter notre zone de confort et à nous lancer dans l'aventure.


2- L'initiation


La deuxième phase du voyage du héros est l'initiation.

Durant cette étape :


  • Le héros traverse la route des épreuves : Il fait face à une série d'obstacles et de défis pour atteindre son objectif. Dans "Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche perdue", Indiana Jones doit ainsi affronter de nombreux défis et énigmes pour retrouver l'Arche.

  • La rencontre avec la déesse : Le héros rencontre à cette étape une figure qui l'aide à mieux comprendre sa mission. Dans "Le Roi Lion", Simba rencontrera Rafiki, le sage mandrill qui lui révèle la vérité sur son destin et l'aide à comprendre son rôle en tant que roi.

  • La tentation : Le héros est tenté ici d'abandonner sa quête. Dans "Matrix", c’est à ce moment que Neo est ainsi tenté d'abandonner la lutte contre les machines.

  • L’expiation : Le héros doit affronter ici ses peurs les plus profondes et ses obstacles personnels. Dans "Hamlet" de Shakespeare, c’est ainsi que Hamlet doit affronter le fantôme de son père et venger son meurtre.

  • L’apothéose : Le héros finit par acquérir une meilleure compréhension de lui-même et de sa mission. Dans "Moby Dick", le capitaine Achab, obsédé par sa quête de la baleine blanche, réalise par exemple sa propre obsession destructrice.

L'initiation est une représentation allégorique du voyage intérieur que chacun entreprend à travers sa propre existence. Elle symbolise le cheminement évolutif de l'individu, ponctué par des phases de transformation profonde.


Ce processus n'est pas un simple trajet linéaire, mais plutôt une spirale ascendante où chaque cycle d'expérience permet de nous révéler à nous-mêmes un peu plus. En affrontant des défis, en traversant des crises existentielles, nous saisissons les opportunités qui nous sont offertes pour grandir, mûrir et changer.


3- Le retour


La troisième et dernière phase du voyage du héros est le retour. Voici les moments clés de cette phase :


  • Le refus du retour : Le héros va d’abord résister à l'idée de retourner à sa vie normale. Dans "Narnia", les enfants Pevensie hésitent par exemple à quitter le monde magique pour retourner à leur vie ordinaire.

  • Le vol magique : A un moment, le héros échappe au danger devant lui et commence son voyage de retour. Dans "Alice au pays des merveilles", Alice s'échappe du pays des merveilles en suivant un papillon blanc.

  • Le sauvetage de l'extérieur : Le héros reçoit de l'aide pour revenir à sa vie normale. Dans "Le Hobbit", les aigles géants viennent au secours de Bilbo et des nains, les aidant à échapper aux loups.

  • Le franchissement du seuil du retour : Le héros retourne dans son monde, mais il a été transformé par ses expériences. Dans "Retour vers le futur", Marty McFly retourne ainsi à son époque mais il a été changé par ses expériences dans le passé.

  • La maîtrise des deux mondes : Le héros, à ce moment là, a atteint un équilibre entre son monde intérieur et son monde extérieur. À la fin de "Harry Potter", Harry est enfin et symboliquement à l'aise dans le monde des sorciers et dans le monde des Moldus.

  • La liberté de vivre : Le héros revient avec une nouvelle sagesse et mène une vie meilleure. À la fin de "Le Seigneur des Anneaux", Frodon, enrichi par son aventure, décide de vivre une vie paisible à la Comté.


Le retour peut s'avérer être la partie la plus difficile du voyage. L'épopée d'Homère, l'Iliade, qui raconte dix ans d'aventures pour sauver Hélène, n'est que le début de l'histoire d'Ulysse. L'Odyssée ne fait rien d’autre que raconter son aventure de dix ans pour retourner chez lui à Ithaque après la victoire.


Au delà de la trajectoire personnelle


Que nous en soyons conscients ou non, les mythes influencent nos comportements. Ils s'entrelacent de manière complexe, formant une toile de récits à la fois personnels et culturels, qui régissent les sphères importantes de notre activité humaine. Le célèbre psychanalyste Carl Jung a souligné l'importance des mythes "collectifs", qui résident dans l'inconscient de l'humanité et la mettent en mouvement.


Dans une société, les mythes peuvent ainsi être culturels, ethniques, institutionnels, familiaux ou personnels. Comme l'a si bien formulé June Singer (1988), "La mythologie personnelle n'est que la fleur du buisson : le mythe familial est la branche, les conventions de la société forment la tige, et la racine est la condition humaine".


L'évolution des mythes


Il est crucial de comprendre que ces mythes ne sont pas statiques.


Certaines coutumes et traditions qui étaient autrefois adaptatives peuvent devenir inadaptées avec le temps, en raison de l'évolution des circonstances ou de la confrontation à des traditions concurrentes plus efficaces.


Il en va de même pour les mythes personnels, qui peuvent être très utiles dans l'enfance, mais qui deviennent souvent inadaptés si l'individu ne parvient pas à les faire évoluer à mesure qu'il grandit.


C’est tout l’intérêt d’une exploration des mythes : explorer l’universel de la condition humaine et faire vivre le chemin de la vie à l’intérieur de cette condition.


Les mythes : au-delà du vrai ou du faux


Lorsque nous parlons de mythes, il n'est pas question de les juger comme étant "vrais" ou "faux". Dans une approche thérapeutique, les praticiens préfererons plutôt évaluer certains éléments des mythes de leurs patients comme étant "fonctionnels" ou "dysfonctionnels". Et cette évaluation sera d’ailleurs toujours influencée par la mythologie inhérente à la perspective clinique du psychothérapeute.


Conclusion


Il est essentiel de comprendre que les mythes ne sont pas de simples supercheries ou faussetés. Au contraire, ils contiennent des symboles et des métaphores puissants pour notre compréhension du monde et de nous-mêmes. Ils offrent un cadre universel pour la narration, et reflètent les questions existentielles de l'humanité. Ils continuent d'éclairer et de guider notre chemin à travers la vie, quel que soit le stade de notre propre voyage héroïque.


Si l’exploration profonde des mythes vous intéresse, nous vous proposons nos ateliers d’hypnose de groupe COSMOGONIA. Pour en savoir plus, cliquez ici.








7 vues0 commentaire
bottom of page